Les interviews

Hubert Roman
Marionnettiste

Marionnettiste, directeur et co-fondateur du théâtre de marionnettes pour enfants « Les Zygomars », Monsieur Roman est à présent retraité.

~ Qu’est ce qui vous a poussé à devenir marionnettiste ? Pourquoi avoir choisi cette voie ?

Régent scientifique engagé par le service culturel de la Province de Namur, j’ai découvert la marionnette un peu par hasard et j’ai été séduit par elle et par son emprise sur les enfants. C’est donc plutôt elle qui m’a choisi !

~ Faut-il suivre une formation spécifique afin d’exercer ce métier ?

Chez nous, beaucoup de marionnettistes comme moi ont été «formés sur le tas» ; sauf à Prague, il n’existait pas d’école. Aujourd’hui les choses ont bien changé : des écoles supérieures existent à Prague, Charleville, Barcelone... des cours se donnent dans certaines universités, les grosses compagnies continuent de former leurs propres animateurs, et le «tas» est toujours utilisé.

~ Pourriez-vous retracer votre parcours professionnel, vos débuts ?

En bref, j’ai découvert la marionnette en 1962 et trois ans plus tard, je suis devenu co-fondateur et directeur du théâtre professionnel de marionnettes pour enfants «LES ZYGOMARS». J’ai effectué de nombreuses tournées en Belgique et à l’étranger, j’ai également été animateur d’émissions TV et de stages. En 1976, j’ai été élu à Moscou au sein du Comité Exécutif de l’UNIMA (Union internationale de la marionnette) dont je suis resté membre jusqu’en 2000. Aujourd’hui, je suis membre d’honneur de cette union. Ensuite, je suis devenu créateur et directeur du Centre Provincial de la Marionnette de la Province de Namur (CPM) aujourd’hui disparu! Enfin, j’ai effectué de nombreuses prestations de comédien dans le théâtre français et dialectal amateur et professionnel.

~ Quelles sont les difficultés que l’on peut rencontrer dans ce métier ?

L’art de la marionnette est un art de synthèse. Les difficultés rencontrées seront donc multiples, la plus grande «in fine» étant cependant pour le manipulateur d’insuffler la vie à l’objet.

~ Quelle est la différence entre le marionnettiste et le ventriloque ?

Le travail du ventriloque relève plus de l’animation que du spectacle au sens complet du mot. Utilisant un talent vocal particulier, il agit généralement sur une seule marionnette sans environnement scénique (décor, éclairage, autres marionnettes ...) ou sonore (musique, bruitages...); il n’y a pas d’action dramatique mais seulement des gags verbaux. Le ventriloque s’adresse me semble-t-il plus généralement à des adultes plus sensibles au «liping» de la poupée qu’à l’enfant plus imaginatif.

~ Peut-on vivre de ce métier en Belgique et si oui, comment ?

Je suis très mal placé pour apporter un témoignage sur ce sujet ayant été probablement le seul marionnettiste-fonctionnaire du pays. Je constate cependant qu’il existe pas mal de professionnels de la marionnette de talent dans notre Région qui, en plus des difficultés inhérentes à la profession artistique, doivent lutter contre certains préjugés encore forts présents : la marionnette sous-produit du théâtre d’acteurs et destinée aux enfants ...

~ Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer le métier de marionnettiste ?

Polyvalence, patience, recherche, insatiable envie de créer et de convaincre...

~ Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans la profession?

Chercher la formation. S’informer auprès de pros en activité. S’essayer peut-être dans une prestation occasionnelle pour découvrir les aspects du métier plus ingrats.

 

Fiches métier associées

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.