Les interviews

Marie Noble
Conseillère culturelle

Conseillère culturelle du projet Mons capitale européenne de la culture et directrice-adjointe de la Fondation Mons 2015

~ Quelle est votre formation ?

Je suis titulaire d’une licence en philologie germanique et en philosophie.

~ En quoi votre formation vous aide-t-elle dans la pratique de vos fonctions actuelles ?

La pratique de plusieurs langues représente un atout indéniable dans l’exercice de ma profession dans la mesure où une partie de mes fonctions s’attache aux relations et projets internationaux.

Par ailleurs, mes études universitaires m’ont aidée à structurer mon travail et mes deux années d’études en Angleterre (à Oxford et à Edimbourg) m’ont beaucoup apporté dans la mesure où l’enseignement y est dispensé de manière très dynamique et interactive.

~ Selon vous, est-ce important de continuer à se former ? Si oui, dans quels domaines ?

Dans l’exercice de ma fonction actuelle, les langues sont indispensables. Je maîtrise le français, l’allemand, l’anglais et pour le néerlandais, je continue à me perfectionner chaque semaine avec un coach. Dans ma structure de travail, nous organisons des formations ponctuelles dans le domaine de l’informatique mais aussi en immersion dans d’autres structures culturelles afin d’échanger les bonnes pratiques et de découvrir des projets innovants. Je rêve aussi d’une formation en management d’équipe.

~ Quel est votre parcours professionnel ?

Après mes études, j’ai effectué un stage dans une maison d’édition pour des magazines tels que « Elle Décoration et « Paris Match ». J’ai ensuite exercé les fonctions de coordinatrice de rédaction et celle de journaliste, durant deux années pour les rubriques culture et architecture.

J’ai ensuite travaillé à mi-temps à l’Atomium durant trois années en qualité d’assistante de direction où j’étais en charge de la communication et des expositions avec un autre mi-temps à Royal Boch pour les mêmes responsabilités.

Par la suite, j’ai exercé les fonctions de directrice de cabinet du Président du Parlement Francophone Bruxellois durant trois années.

En 2007, j’ai rejoint l’équipe de la Fondation Mons 2015, pour la mise en œuvre du projet Mons, capitale européenne de la culture.

~ En quoi consiste votre travail ?

La fondation Mons 2015 a été créée pour préparer et soutenir la candidature de la ville de Mons comme capitale européenne de la culture dans le souci de respecter l’indépendance d’un projet artistique qui se veut par définition créatif et novateur. Mon travail au sein de cette fondation s’articule  en deux mi-temps, en étroite collaboration avec le Commissaire de la Fondation, chargé d’élaborer les lignes de force artistique et culturelle de Mons 2015. L’un de ces mi-temps est consacré aux projets internationaux et aux grandes expositions pour lesquels  j’effectue au moins deux missions par mois à l’étranger et qui se traduisent en termes de participations à des colloques européens où à des missions de prospection dans d’autres capitales européennes de la culture afin d’échanger nos pratiques ou encore établir des partenariats. L’autre mi-temps me permet de travailler de manière transversale avec  les équipes internes et les partenaires sur le suivi des projets que nous mettons en œuvre progressivement.

~ D’après vous, quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

D’emblée je dirais la curiosité, l’écoute et l’enthousiasme. Il est aussi essentiel d’avoir une vision complète du fonctionnement des structures culturelles, des politiques culturelles qui sont menées en Belgique mais aussi en Europe.

~ Est-ce essentiellement un travail administratif ?

Nous essayons qu’il le soit le moins possible pour laisser la part belle à la créativité dans un esprit de bonne gouvernance, lequel a néanmoins ses exigences.

~ Quels sont les autres professionnels avec qui vous collaborez ?

Dans l’exercice de ma fonction, mes partenaires sont les membres de la direction artistique de la Fondation, la Ville de Mons et les équipes du Manège.

~ Quelles sont les principales difficultés rencontrées au quotidien ?

Il me semble que la principale difficulté réside dans le fait d’arriver à fédérer  l’esprit créatif du projet et les contraintes administratives et techniques liées à sa réalisation.

~ Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui a envie de se lancer dans le milieu ?

Se former en matière linguistique et ne pas hésiter à proposer ses services aux entreprises culturelles pour effectuer un stage.

~ Quels sont les conditions de travail ? Les horaires ?

Je travaille selon un contrat TP de 38H/semaine mais il est évident que mes fonctions requièrent une grande flexibilité. Je voyage et mes prestations s’étalent souvent sur les week-ends ou en soirée.

~ Quels sont les publics que vous touchez particulièrement ?

En l’occurrence et dans le cadre de ce projet, nous touchons tous les publics.

~ Qu’est-ce qui vous a attiré dans le secteur de la culture

Il y a sept ans,  j’ai participé à un colloque évoquant la candidature de Mons, capitale européenne de la culture et j’ai pensé que depuis l’exposition universelle de 1958 , il s’agissait là d’un magnifique projet culturel pour positionner Mons sur la carte de l’Europe.

 

Fiches métier associées

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.